Juliette Pita est la première femme Ni-Vanuatu artiste peintre internationalement reconnue.
Elle peint sur des tapas, fibre végétale issue de l’écorce d’un arbre mais aussi sur de la toile.
Je l’ai rencontrée à travers son travail qui m’a tout de suite parlé puis j’ai apprécié la femme.
La voici avec son père

jp-et-papa.jpg

Si vous aimez son travail, je me ferai un plaisir de vous mettre en relation avec elle.

jp-3.jpg

jp-5.jpg jp2.jpg jp-6.jpg jp-7.jpg

Juliette Pita est née à Erromango, une petite île au sud de l’archipel du Vanuatu, en 1964.
Son père est chef coutumier du Sud Ouest de l’île.
Très tôt, elle quitte son île pour aller à l’école primaire à Tanna puis au lycée de Port-Vila. Peu douée pour les études, ses talents en dessin l’amènent à suivre une formation professionnelle dans la section dessin et sculpture du lycée d’enseignement professionnel. C’est alors qu’elle apprend la tapisserie, qui va rester son fil conducteur artistique.
Elle termine ses études en 1980, en même temps que le pays accède à l’indépendance.
Soutenue par un de ses anciens professeurs, elle expose ses tapisseries pour la 1e fois en 1983. Elle se souvient encore de ce premier engouement pour son travail.
En 1987, elle rejoint l’association des artistes du Vanuatu, Nawita et participe à plusieurs expositions au centre culturel de l’ambassade de France à Port-Vila.
L’année 1994 représente un tremplin dans sa carrière internationale d’artiste. Selon ses termes, Juliette réalise un rêve en exposant en France avec Emmanuel Watt pour les 2e jeux de la francophonie.
En 1995, elle expose en Australie avec l’association Nawita. Puis c’est la Nouvelle-Calédonie en 1997 dans le cadre de la Biennale d’art contemporain.
En 2000, tous les artistes d’Erromango sont réunis au centre culturel de Port-Vila. Quelques mois plus tard, l’alliance française organise une nouvelle exposition rassemblant Juliette et ses frères.
En 2001, une de ses tapisseries est choisie pour représenter le Vanuatu dans un livre d’artistes
s’intitulant Women of the world.
Depuis 2004, plusieurs expositions de l’association Nawita lui donnent l’occasion d’exposer ses œuvres au centre Tjibaou en Nouvelle-Calédonie.

Récemment, Juliette s’est alliée à un groupement de femmes installées sur le front de mer. Ses dessins sur toile et sur tapa sont ainsi accessibles au public de façon permanente.

Elle est également membre de l’Association ACTIV.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :